La chambre des rêves

Ici l’intime s’expose et explose : tout est possible car nous sommes dans le domaine du rêve, du fantasme et de l’imagination débridée. C’est la chambre des angoisses, des peurs, des obsessions. Il y est question d’abandon, de perte, de transgression et de mort. Elle est belle et feutrée et pourtant étrange et inquiétante. Un grand lit trône au centre de la pièce. Il est surmonté d’une couette et d’un oreiller bordés de lames de rasoir et le matelas est fait de trous qui s’enfoncent dans le néant. Ces trous sont entourés de petites broderies, romantiques et naïves. Les parois de la pièce sont constituées de tapisseries et de modules en terre qui imitent la structure de la peau et se modifient tout au long de l’exposition.

Au plafond, un jeu de miroirs permet aux visiteurs d’apercevoir tous les détails sans en avoir une vision claire et renforce ainsi l’étrange atmosphère de cette pièce qui s’offre au regard tout en restant inaccessible. Une enveloppe sonore, grouillante et mystérieuse, crée des plans multiples et en renforce la profondeur. Régulièrement, des performances s’y déroulent, à travers un jeu de projections vidéos et de présence d’acteurs. Elles ajoutent au trouble dégagé par l’espace et font douter de la réalité.

Cette image n’est pas une maquette mais une ambiance visuelle.


Publicités

~ par sandrine pitarque sur décembre 13, 2010.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s